03 janvier 2012

12 conseils de blogage pour démarrer l'année

Deef commence l’année par une série de conseils pour mieux bloguer. Excellent idée, d’autant qu’il cite lesconseils d’Eric (qui ne blogue plus beaucoup, le bougre). Alors que David annonce qu’il va faire le ménage, chez lui, je vais me lancer à rappeler 10 de mes propres conseils, ce qui fera un billet à peu de frais.

Conseil 1 : épuré

La présentation du blog doit être épurée. Trop de blogueurs jouent aux guignols pour se rendre original mais tout le monde s’en fout. Les effets négatifs des cochonneries sont trop importants pour être négligés.

Voir par exemple chez David que je cite à l’instant : il a travaillé sa mise en page mais les colonnes sont trop larges. Du coup, le billet ne tient pas dans l’écran et il faut faire un « scrolling horizontal » pour le lire.

Conseil 2 : réseauté

Le blog doit être vu comme un élément d’un réseau social et sa présentation doit être orientée dans ce sens. Prenons un blog au hasard. Celui-ci. Dans la colonne de gauche, vous avez dans l’ordre une petite blogroll avec mes blogs, des boutons d’abonnement à mes comptes dans les réseaux sociaux et surtout la blogroll avec les blogs des copains (ou pas, d’ailleurs).

La blogroll doit être au centre du blog pour bien montrer aux copains que vous faites attention à eux. Dans la mesure du possible, la blogroll doit être dynamique (dans la mienne, là, les blogs qui ont fait les billets les plus récents sont en haut).

Les autres saloperies doivent être repoussées le plus loin possible, comme l’accès aux archives, les widgets et autres boutons liés aux compteurs, aux classements, le machin d’abonnement, … Si quelqu’un les cherche, il saura les trouver.

Conseil 3 : écourté

C’est un de mes chevaux de bataille, une sorte de Dada, quoi ! Au fait ! Dada a refait l’ergonomie de son blog. Il semble suivre les conseils en partie…

Les billets doivent être le plus courts possibles… quand c’est possible. Yann, par exemple, fait son billet politique du jour à propos de la venue de Nicolas Sarkozy en Bretagne. Une dizaine de lignes, ça suffit largement. Je connais des pignoufs (dont moi, d’ailleurs) qui en auraient fait un A4 ce qui ne sert à rien.

Un billet comme le présent peut être plus long vu que j’ai dix points à démontrer, mais le blogueur doit bien se poser la question pour savoir s’il ne fait pas que « tirer à la ligne ».

Les billets courts ont de multiples avantages, notamment pour les blogueurs peu connus. Par exemple, si un lascar tombe sur le billet de Yann, il va le lire entièrement.

Conseil 4 : automatisé et simplifié

Trop de blogueurs passent du temps dans le cambouis ou dans les outils divers autour du blog ce qui les fait perdre du temps. Par exemple, dès que j’aurais publié ce billet, il sera automatiquement balancé dans les réseaux sociaux et je n’aurais plus rien à faire. Je me concentre uniquement sur la rédaction.

Evitez les gadgets HTML et toutes autres singeries qui, finalement, ne sont pas spécialement utiles et vous dégoutent du blogage.

Le blogueur doit connaître les outils essentiels et s’y tenir, voire ne jamais y revenir. Je vais rappeler ceux que j’utilise :
-         Wikio Backlinks, pour voir les liens vers mes blogs,
-         Topsy pour voir les backtweets de mes billets,
-         Dlvr.it pour diffuser automatiquement les billets dans Twitter,
-         RSS Graffiti pour les mettre dans Facebook.
C’est tout !

Conseil 5 : titré

Le titre du billet est essentiel, c’est lui qui va circuler dans Twitter et inviter les gens à cliquer. Il doit être parfait (présentant le billet, incitatif, drôle, …). En outre, il ne doit pas avoir de faute d’orthographe (c’est ballot, mais quand je vois mes fautes circuler dans Twitter parce que les billets ont été diffusés automatiquement sans que je relise le titre, ça fait mal…).

Conseil 6 : vérifié

Puisqu’on parle d’orthographe, pensez à bien relire le début du billet, c’est lui qui va conditionner sa lecture par les passants. Beaucoup de conseillers es blogage insistent sur la nécessité de bien relire ses billets mais on ne le fait jamais. Je propose de se concentrer sur le premier paragraphe.

Par ailleurs, il existe des moyens de s’assurer de ne pas faire trop de fautes. Par exemple, je tape mes billets dans Word, le vérificateur d’orthographe et de grammaire est mon ami.

Conseil 7 : débuté

Je parlais à l’instant du premier paragraphe et de son orthographe. Le premier paragraphe est le plus important et doit décrire le plus précisément possible ce dont vous allez parler.

Conseil 8 : aéré, illustré et rythmé

Certains s’étonnent parfois que je mette des illustrations sans aucun rapport avec le sujet du billet. En fait, il s’agit seulement pour moi de mettre des touches de couleur pour aérer le billet et le rendre plus digeste.

Ici, je mets les titres en gras, mais souvent je mets en gras n’importe quoi. Il s’agit uniquement de donner des repères visuels aux lecteurs qui va lire le billet en utilisant la « molette » de la souris pour se déplacer.

Conseil 9 : analysé

Je dis souvent qu’il ne faut pas s’occuper des statistiques du blog et tout ça. Le problème, c’est que c’est souvent plus fort que nous. L’important est de ne pas faire d’erreur dans l’interprétation des statistiques.

Trois exemples :
-         dans mon blog politique, mon machin me dit que chaque billet a entre 300 et 500 lecteurs (parfois moins, parfois beaucoup plus) mais j’ai 3500 abonnés et 1000 visites par jours. Les chiffres n’étant pas cohérents, je refuse d’y attacher une importance autre que technique.
-         Il y a 18 mois, j’avais constaté une importante baisse du nombre de commentaires et je mettais ça sur le compte de Twitter où les gens se lâchent plus facilement. C’est d’ailleurs un truc qui se disait dans la blogosphère : les commentaires disparaissent au profit des tweets, une page qui se tourne et tout ça. En fait, j’ai repris chacun de mes billets sur un an (plus de 1000 billets), et j’ai calculé l’évolution du nombre de commentaires. Il n’avait pas bougé. La baisse n’était qu’une impression.
-         Mon copain Le Coucou, mort en juillet, était très attaché aux commentaires des copains et aux réactions à ses billets, surtout ceux de son blog personnel qu’il dédiait à sa femme morte un peu avant. Mais il commettait un tas d’erreurs d’analyses. Je me rappelle une fois où il m’avait engueulé parce que j’avais backtweeté un billet alors qu’il pensait que je ne l’avais pas lu parce qu’il n’avait pas vu une visite à partir du proxy de ma boite (or j’étais en déplacement dans Paris pour le boulot et j’avais lu son billet dans le tramway à partir de l’iPhone). Une autre fois, il s’était plaint de n’avoir eu aucune visite… alors que c’est son compteur de visites qui était en panne. C’est ainsi deux ou trois fois par mois qu’il « m’engueulait » à cause de ses propres erreurs analyses avec des outils informatiques qu’il ne maitrisait pas.

Ce neuvième conseil est trop long.

Conseil 10 : amitié

Beaucoup de blogueurs se fixent des objectifs et les affichent ou pas, que ça soit en matière de nombre de lecteurs, de revenus publicitaires éventuellement, de sujets abordés, de fréquence de publication… Si on considère le blog comme un pur loisir, c’est une erreur. Les objectifs doivent être purement de principe. Par exemple, le présent blog est dédié aux nouvelles technologies mais c’est purement un thème, en aucun cas un objectif.

A s’enfermer, on finit par produire de la merde et par s’aigrir.

Je crois que le seul objectif que l’on peut avoir est dans la relation avec les gens, lecteurs et autres blogueurs. Les copains, quoi…

Conseil 11 : utilité

Dans la suite du conseil à propos de la taille des billets de blogs, le blogueur, surtout politique, doit se poser la question de l’utilité de son billet, de sa valeur ajoutée…

Par exemple, il m’arrive, ici, de pester quand tous mes confrères geeks présentent les mêmes évolutions de Gmail, déjà présentées par Google sur son blog et déjà constatées dans leurs Gmail par les utilisateurs. Ces billets sont inutiles (cette notion est toute subjective, hein ! On pourra aussi se poser la question de l’utilité du présent billet avec tous les locdus qui donnent des conseils).

Le sujet mérite réflexion. Je me rappelle d’un remaniement ministériel, il y a environ 18 mois. Tous les blogueurs politiques de gauche avaient fait à peu près le même billet, avec les mêmes constats, d’ailleurs identiques à ceux formulés par les éditorialistes de la presse. Mathieu (qui vient de reprendre le blogage) avait fait un billet d’humeur pour dire que ça ne servait strictement à rien ce qui m’avait fait beaucoup réfléchir. Il avait parfaitement raison. Les billets étaient franchement contreproductif puisque n’apportant rien de plus que la presse, ils rendaient la blogosphère totalement inutile aux yeux de néophites.

Conseil 12 : commenté

Le blog ne tient que par les relations qu’il a avec ses lecteurs qui ne peuvent être vues qu’à travers les commentaires laissés.

Ainsi, s’il veut que le gens s’intéressent à son blog, le blogueur devra montrer qu’il s’intéresse aux blogs des copains en y commentant le plus régulièrement possible (et pas pour faire du spam…).

Résumé

Faites donc ce que vous voulez, le blogage n’est qu’un loisir…

9 commentaires:

  1. De bons conseils, c'est surtout le plaisir de partager qui doit être l'élément moteur.
    Et effectivement trop de blogs reprennent les mêmes infos sans apporter de valeur ajoutée...

    RépondreSupprimer
  2. Ps facile d'être un "bon" blogueur ;-)
    Merci de ton aide...

    RépondreSupprimer
  3. Yann,

    Non.

    Xapur,

    Oui, c'est le plus important !

    MHF,

    Au boulot !

    RépondreSupprimer
  4. Hello, conseil justes et franchement vrais, bon j'avoue que je croit comme toi surtout a l’amitié entre personnes même virtuellement. Bloguer avant tout par passion sans se donner trop d'objectifs est aussi important a moins de vouloir a tout prix en vivre mais la attention, ce n'est qu'une infime minorité qui peuvent concilier le tout. merci a toi mes meilleurs vœux pour 2012

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur le 3e point. La concision est un conseil qui revient souvent : il faut faire court. Certes, j'en conviens, parler pour ne rien dire, c'est lassant. Faut-il pour autant sacrifier le texte pour être mieux lu ? Je reste dubitatif. Poser une argumentation équilibrée suppose un minimum incompressible.
    Personnellement, je n'ai rien contre un texte long (mes billets ne brillent pas par leur brièveté), mais à condition, comme tu le dis justement en 8, que le texte soit organisé, structuré, sur le fonds comme sur la forme : un gros pâté de 340 lignes d'un seul tenant, j'en ai mal à la tête avant même de commencer la lecture !

    Le point 12 me semble la clé de tout le reste : on blogue aussi pour échanger, découvrir, créer et entretenir des liens, de sympathie ou d'amitié. Je crois que tout le reste découle de cela : le blog est (avant tout ?) un lieu de convivialité.

    Et bonne année !

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour Topsy que je ne connaissais pas

    RépondreSupprimer
  7. Thierry,

    Merci. Et oui, ce qui compte, ce sont les rapports entre les gens !

    Dominique,

    Je ne garantis pas la fiabilité...

    Tambour,

    J'ai failli faire un long billet pour te répondre. ;-)

    Disons que la longueur doit être adaptée. Comme tu dis, il faut bien séparer les billets à texte des autres. Le présent billet est un billet à texte puisque je développe une argumentation : il est long.

    Par contre, ce matin, j'ai fait un billet pour parler de Firefox et de Blogger. Je connais des blogueurs geeks qui en auraient fait deux pages, en expliquant pourquoi ils ont Firefox et quelles sont les évolutions de la dernière version.

    Or je voulais juste faire passer un message : mes conditions de blogage (et peut-être celles de mes lecteurs) ont changé ce qui pourrait avoir des conséquences. En faisant un billet plus, j'aurais gavé mes lecteur et le message ne serait pas passé.

    Bloguant beaucoup en politique et lisant beaucoup de billets, je constate que de nombreux confrères font beaucoup trop longs.

    Un des sujets du moment est "la TVA sociale". On peut marteler en une ligne que c'est injuste parce que ce sont les consommateurs qui vont payer au plus grand bénéfice des entreprises. Tu peux le démontrer en dix lignes.

    Il y a des blogueurs qui vont en tirer deux ou trois A4 : ça ne sert pas à grand chose. Outre le fait que les blogs politiques sont lus par des gens politisés, les lecteurs connaissent tes arguments : ils ne vont pas les lire à nouveau.

    Or, en politique, je crois qu'il faut insister pour les messages pour le grand public qui doit tenir en dix lignes, si tu veux que ton argumentation soit retenue.

    Mais quand j'ai fait mon billet fleuve du blog bistro pour raconter mon réveillon : c'est un billet à texte, sans message, uniquement l'espoir de tirer des sourires au lecteur. Il fait trois ou quatre A4...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !