12 juillet 2011

Du bon usage (futur) de Google Plus

Je ne sais pas si Mamadou 2.0 est déjà un utilisateur chevronné de Google Plus mais les différents commentaires que l’on voit à propos de se machin sont essentiellement par comparaison avec Facebook et Twitter alors qu’on ne sait pas quels usages en feront les « plussos ».

Je viens d’y lire une contribution intéressante d’un utilisateur qui explique en particulier qu’il envisage de publier directement dans G+ ce qu’il aurait pu écrire dans ses billets de blogs (je ne peux pas faire un lien, mon proxy me coupe l'accès à G+). Ce dernier serait maintenu, avec les meilleurs textes.

La plupart des « contributions » seraient « tout public » (il s’abonne aux comptes de chaque gugusse le mettant dans un cercle, mais peu importe), à l’instar d’un blog. Certains de ses cercles étant réservés à des conversations « plus intimes »..

Quant à lui, en tant que lecteur, il organise le choix des cercles apparaissant « sur son mur » en fonction des domaines qui l’intéressent au moment de cette lecture et du temps de cerveau dont il dispose.

Il pourra « plusser » (je n’ai pas encore saisi toutes les notions de partage et de plussage) les contributions qui lui plaisent et, ses lecteurs, pourront faire de même avec ses propres publications.

Voilà une utilisation qui me plait bien, assez loin de ce qu’on peut faire avec Facebook du fait de son interface « qui me gonfle » et de sa lourdeur, mais surtout de la « symétrie des lecteurs » ou avec Twitter du fait, surtout de l’amplitude des flux.

Ainsi Google Plus pourrait remplir à merveille les trois fonctions qu’on  (surtout moi, d’ailleurs…) pourrait attendre d’un « réseau  social » :
-         la diffusion de l’information que je produits,
-         le partage d’informations que je trouve intéressantes (et les billets de blog des copains…),
-         les discussions dans les cercles d’amis, les photos de vacances et tout ce machins qui n’intéressent que les gens que l’ont connaît réellement.

Il reste néanmoins quelques points à éclaircir.

Comment sélectionner les informations partagées par les autres ?

Avec Google Plus, je peux sélectionner vers qui j’envoie des informations. Par exemple, si j’envoie une grosse vanne à caractère sexuel impliquant Océane, Laurent et Disparitus, je peux la restreindre aux copains blogueurs. Si je raconte la cuite de DF, MHPA, Florent, Homer et Eric, je peux ne la transmettre qu’à un groupe de gens triés sur le volet et tolérant envers l’alcool.

Par contre, l’information générale que je diffuse n’intéressera qu’une partie de mes « abonnés ». Le présent billet, par exemple, n’intéressera pas du tout une grande partie des lecteurs de mon blog bistro et mon blog politique. Pourtant, je ne veux pas restreindre mes diffusions. Ce sont aux lecteurs de choisir leurs lectures. C’est pour ça que j’ai quatre blogs. Et il leur revient de la partager si elle en vaut la peine.

Je ne peux pas les aider : je ne peux pas décider ce qui les intéresse. Il faudrait que Google puisse m’aider à caractériser le public à qui l’information est destinée, un peu comme si j’avais plusieurs comptes Google Plus… Ou des sous-comptes : jegoun/monblogeek, jegoun/geek, jegoun/monblogpolitique, jegoun/politique, … Des cercles à l’envers, quoi !

Comment diffuser l’information dans Google Plus ?

Chacun a ses propres trucs pour backtweeter des billets. La plupart des gens utilisent les boutons présents dans les blogs ou sur les sites. Pour ma part, j’utilise un machin « bit.ly » installé dans mes Firefox (ça a différents avantages, dont celui de contourner les méchants proxys qui interdisent l’accès à Twitter…).

Il faudrait la même chose pour Google Plus, le bouton « +1 » ne suffit pas. Le « quelque chose » doit permettre de choisir le ou les cercles avec lesquels on veut partager.

Et pour bien faire, indiquer la « catégorie » de l’information, ce que j’évoquais dans la partie précédente, pour ne pas « déranger » le public.

Comment diffuser les flux de ses propres blogs dans Google Plus ?

Feedburner et Twitterfeed (et d’autres trucs) permettent de backtweeter automatiquement les billets que l’on produit sur nos blogs. Pour Facebook, j’utilise RSS Graffiti.

Je n’ai pas trouvé l’équivalent pour Google Plus. Ca viendra peut-être.

Toujours est-il qu’il reste également le problème des cercles à régler. Dans mon blog bistro, j’ai fait une série de billet, aujourd’hui, pour inventer des rumeurs à propos de copains blogueurs provinciaux. Il est clair que ça n’intéresse que les personnes citées et quelques copains. La publication dans Google Plus ne peut donc pas être totalement automatique.

Je n’ai pas de complexe à les diffuser : les tweets automatiques contiennent bien la mention du blog. Par contre, il est clair que ne je veux pas que ces billets soient dans Google Plus à destination de tous, contrairement aux trois quarts des billets ici ou dans le blog politique.

Laissons Google imaginer l’imaginable…

Les autres applications  Google

Les problèmes que j’évoque pourraient être traités par les autres outils mis à disposition par Google.

Par exemple, Blogger pourrait avoir une option pour diffuser automatiquement les billets avec toutefois une option pour choisir dans quels cercles le faire. Mais Google ne peut pas privilégier trop les blogs qu’il héberge…

Feedburner pourrait aussi avoir une option, lors de la publication d’un billet, pour qu’un mail soit envoyé au taulier lui permettant de choisir les cercles. Je dis ça au hasard. Mais Google ne peut pas obliger tous les blogueurs à lui confier ses flux.

Il reste les autres outils de partage et de lecture de Google, comme Google Reader et Google Buzz, dont je parle aussi beaucoup, ces jours-ci, comme compléments nécessaires à G+.

Blogspot (la plateforme d’hébergement des blogs Blogger) et surtout Youtube pourraient aussi présenter des facilités de diffusion. Les autres interactions avec Blogger sont intéressantes à imaginer : par exemple, les commentaires pourraient être partagés, les compteurs de visites communs…

En conclusion

Dans mes cercles, certains ont d’ores et déjà adopté Google Plus, à la fois pour la diffusion de « contributions », la circulation de l’information et le papotage entre potes.

Pourtant Google doit continuer à développer son produit (comme ils veulent…). D’une part, j’ai besoin d’une plateforme pour continuer à papoter avec mes arrières-petits neveux et supporter leurs vidéos crétines et pour recevoir de l’information. Chacun a ses besoins. D’autre part, je ne veux pas mettre en permanence les mains dans le cambouis pour régler des bricoles en temps que producteur et diffuseur de contenu.

Google a à faire face à un immense défit. Il ne s’agit pas de développer tel ou tel truc pour séduire les utilisateurs de Facebook et les éternels ronchons mais de préparer le futur, les applications que tout le monde utilisera pour papoter avec d’autres sans même avoir conscience de faire partie d’un réseau social.

Google doit fournir les outils, à nous de les utiliser…

(illustration)

18 commentaires:

  1. je me suis pas encore penché a fond sur le sujet google+, mes premières impressions, visuel et lors de petits tests, pas plus d'une heure m'ont pas encore données envie, j'avoue que cela ressemble un peu a facebook alors que je haie facebook, mais bon je continuerais doucement a approfondir le sujet, bon mardi à toi

    RépondreSupprimer
  2. Thierry,

    Je crois que le support n'est pas une fin en soi, ce qui importe est ce qu'on fait de l'information circule. Google étant plus ouvert que FB et plus fluide que twitter je crois que la mayonnaise peut prendre.

    RépondreSupprimer
  3. Salutations de la part du "cuité"! Eventuellement à la dôle, avec saucisson en prime...

    Il faudra que je goûte à l'expérience de la Comète du Kremlin-Bicêtre...

    RépondreSupprimer
  4. Il y a donc des cercles sexuels dans Google + qui traverse l'océane : à méditer

    RépondreSupprimer
  5. Oui. L'aquitaine était chargée. #autoroutes

    RépondreSupprimer
  6. Tu vas finir par écrire le "Google PLus pour les nuls" !

    RépondreSupprimer
  7. gros travail d'applis à faire pour G plus

    RépondreSupprimer
  8. DF,

    Oui, tu viens parfois à Paris ?

    Romain,

    Ca devrait venir...

    Romain,

    Les applis seront hors G+ !

    RépondreSupprimer
  9. Après quelques jours d'un usage modéré de G+, je constate que c'est un outil de réseau qui pourrait me convenir. Comme j'utilise beaucoup Google, il est possible de garder un petit œil sur ce qui me concerne grâce aux notifications minimalistes dans la barre des fenêtres, sans perte de temps . Et surtout, comme le machin est à ses débuts, j'ai l'espoir de garder le contrôle de mon réseau de contacts. J'évite de cliquer par réflexe pour ajouter par politesse les gens qui me fichent dans un cercle. Un carnet d'adresses réduit aux affinités réelles, voilà ce qu'il me faut. On dirait que Google + le permet…

    RépondreSupprimer
  10. Pareil, j'ai arrêté d'ajouter par principe comme je fais avec Facebook et Twitter...

    Le bonheur...

    RépondreSupprimer
  11. C'est plutôt plaisant pour le moment ce G+, par contre effectivement la diffusion automatique des billets de blog n'existe pas encore.
    Mais on n'est qu'au début de l'histoire...

    RépondreSupprimer
  12. Oui, on n'est qu'au début. Google devrait continuer à sortir progressivement un tas de gadgets...

    RépondreSupprimer
  13. Bon ! Faut que je passe en Suisse, alors...

    RépondreSupprimer
  14. Va falloir me présenter ces gens avec qui je suis impliquée dans des vannes à caractère sexuelle :) Sinon je préfère largement G+ à FB, y a pas photo... Et je préférais aussi ton ancien avatar, le caleçon, tu veux pas y revenir ? ça me perturbe un brin.

    RépondreSupprimer
  15. Océane,

    Pour l'avatar, je me cherche.

    (pour les gens, clique, mais il faut bien que je mette des liens !)

    RépondreSupprimer
  16. Si j'ai bien compris y a pas moyen d'envoyer ses flux blogger automatiquement sur google+ ?

    Il y a beaucoup de conditionnel dans cet article, à moins que j'ai mal lu.

    Si quelqu'un sait comment on fait, ce serait bienvenue.

    C'est vrai qu'avec facebook, rss graffiti marche bien, sauf des fois, ça m'est arrivé que ça plante et récupère plus le flux, donc actualisation et voilà.

    RépondreSupprimer
  17. Non, y'a pas moyen. Cela dit, ce billet date de début juillet, Google+ venait de sortir.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !