17 décembre 2014

Une nouvelle version d'Inbox !

Le changement, c'est maintenant. Sur iPhone, Google a franchi un pas dans l'intégration de Chrome et d'Inbox. 

Vous cliquez sur un lien : et hop ! Dans Chrome. 

Très agréable pour les blogueurs qui ont activé la modération des commentaires. 

16 décembre 2014

Trouver un hébergeur pour @lesechogaucho


Il y a Blogger, filiale de Google, parmi les gratuits. Et tous les sites d'hébergement payants, pourquoi ?

Bête à manger du foin. 

15 décembre 2014

Acheter avec Twitter

On a un peu parlé du bouton "acheter" que l'on verra bientôt dans Twitter (il est disponible depuis septembre mais je ne l'ai jamais vu). Hier, je traînais dans les paramètres de mon compte et j'ai vu, dans le menu, des trucs que je n'avais jamais vu : "Cartes et livraison" et "Historique des commandes"...

Imaginez que vous soyez fan de Didier Goux, le plus célèbre écrivain du Plessis-Hébert. Vous suivez son compte Twitter. Dès qu'il annonce un nouveau bouquin, vous cliquez sur "acheter" et hop ! Au premier achat, vous saisissez vos coordonnées (numéro de carte, adresse,...) et le machin mémorise automatiquement tout ça.

Selon Fredzone, c'est Hachette qui devrait s'y mettre prochainement ou, du moins, sa filiale américaine.


03 décembre 2014

Quand Twitter devine l'auteur d'un texte tweeté

Deux copies d'écran. La première : j'aime bien (je me comprends) le billet de blog d'un twittos du Front de Gauche. Je le balance dans Twitter, directement à partir de mon agrégat eut de flux, ce n'est pas un RT :


Je me décide à faire "répondre" pour expliquer mon tweet : 


Twitter met directement le pseudo de l'auteur du billet alors qu'il aurait dû mette : @jegoun. En pensant que j'étais gâteux de répondre à moi-même. 

Il a retrouvé l'auteur du billet, le taulier du blog. 
 

26 novembre 2014

Personnaliser mon expérience ?

Twitter sombre dans une désespérante modernitude. 



Mon profil Google+

On ne regarde jamais suffisamment son profil Google+. Je suis un dieu vivant, visiblement, puisque mon profil a été vu plus de 8 millions de fois, soit une moyenne d'environ 4000 par abonné.

C'est délirant.

Ou c'est un gros bug...


(le profil a été créé mi 2011).

23 novembre 2014

Le rebelle d'Instagram

Je plaisante. Je suis inscrit depuis des années mais, jusqu'à hier, je n'avais diffusé que trois photos. Je ne vois pas l'intérêt de ce truc et le fait que les andouilles qui y diffusent des photos se croient photographes sans s'imaginer que tout le monde ne peut pas s'improviser artiste me dérange. 

En outre, diffuser des photos dans Instagram et les propager aux autres réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter me semble relativement crétin. J'ai horreur des gens qui ont les mêmes activités sur les différents réseaux sociaux, comme Sarkofrance qui diffuse ses tweets dans Facebook. J'ai horreur, disais-je, mais je les adore, n'étant pas à un paradoxe près. Ce sont des amis. 

Toujours est-il que lors de notre dernière réunion de blogueurs, pour le Beaujolais nouveau, qui a fait recette puisque nous étions 4, les quatre plus fidèles (et je remercie les trois autres), les copains se sont mis à Instagrammer. Du coup, hier, j'ai pris la décision de m'y remettre. 

Je diffuse une photo de comptoir du genre :


Des gens aiment et trouvent ça vachement beau. 

Ça me dépasse. Du coup, j'ai pris la décision d'y diffuser un tas de conneries en espérant que les andouilles qui me suivent se rendent compte que leurs propres publications n'ont aucun intérêt. 

Mon côté rebelle. 

Tiens ! 


Le truc bleu en bas est mon sac de linge pour Odette. Je suis le seul type du monde à payer mon repassage en boissons. 

21 novembre 2014

Qu'est-ce que Inbox ?

Après avoir éclusé des invitations auprès de types qui en demandaient, j'ai commencé à en filer à des types qui ne connaissaient même pas l'existence de Inbox. Ils me répondent : c'est quoi ça ?

Alors je vais faire un billet pour leur répondre : c'est une autre façon de générer sa messagerie Gmail. Cliquez sur l'image pour l'agrandir : voila l'état de la page d'accueil de ma messagerie (la zone en bas à droite est justement une réponse que je suis en train de faire à un "c'est quoi ça").

On y voit un seul message. Le seul que je n'avais pas traité au moment où j'ai fait la capture d'écran. J'avais marqué tous les autres comme "terminés" : je n'ai plus aucune raison de les lire sauf si j'ai besoin de consulter mes archives. "Terminés" veut dire "archivés".

La méthode pour marquer en "Terminés" les conversations est beaucoup plus instinctive qu'avec les autres systèmes de messagerie... Ca devient naturel de cliquer sur le petit icone. 

T'as vu ? J'ai parlé de conversations au lieu de messages. Inbox reprend le principe des conversations de Gmail que tu connais.

Ainsi, quand tu reçois un message, tu as plusieurs solutions (je l'ai déjà dit dans un autre billet mais au bout de trois ou quatre semaines d'utilisation, je progresse) :

  • tu ne fais rien,
  • tu le lis et tu ne fais rien,
  • tu le lis et tu l'effaces,
  • tu le lis et tu l'archives (tu le termines, pardon),
  • tu le lis, y réponds,
  • tu le lis, y réponds et le termines,
  • tu dis à ta messagerie de te le renvoyer plus tard (et tu choisis le moment),
  • tu le lis et dis à ta messagerie de te le renvoyer plus tard.
Ainsi, quand je reçois un mail (sur l'iPhone) d'un proche au moment où je rentre dans le métro (c'est-à-dire que je ne peux pas y répondre immédiatement), je le lis (au cas où il serait urgent). S'il faut une réponse, je le laisse dans mon truc pour y répondre en sortant du métro ou, s'il n'a aucune urgence, je me le programme pour le lendemain matin pour que je puisse y répondre de mon PC.

C'est un changement des habitudes, mais en quelques jours, c'est fait et en deux ou trois semaines, c'est réellement adopté.

Comme avec Gmail, vos mails peuvent se faire attribuer automatiquement des libellés (le programmation des filtres se fait toujours dans gmail). Vous retrouvez les libellés directement dans le menu que vous obtenez dans le machin en haut à gauche.

Vous avez aussi le système de classement (important, réseaux sociaux, publicités, forums,...) mis en oeuvre récemment sur Gmail avec des catégories supplémentaires comme "voyages". Vous les retrouvez avec les libellés. Dans votre boite, ils ne sont plus classés par onglets mais dans des groupes de mails, un peu comme les conversations.

Par ailleurs, il y a la possible "d'épingler" des mails pour les mettre en avant mais je n'ai pas encore trouvé d'intérêt. Chacun à son mode d'organisation (au bureau, par exemple, avec une messagerie Lotus Notes, je mets les messages importants en "non lus" pour être sûr de les traiter.

Le premier jour, il vous faudra "terminer" toutes les conversations pour la dernière année de manière à les archiver sous Gmail. Avec Inbox, ça ne prend que quelques minutes, même pour un type comme moi qui reçoit beaucoup de messages à cause des blogs, jusqu'à obtenir une messagerie Inbox (ou Gmail) vide (ou presque : gardez quand même ce que vous n'avez pas traité !).

Le produit à quelques bugs mineurs et quelques défauts qui seront corrigés rapidement, je n'en doute pas !

L'agrafe inférieure au trombone


Ce qu'il y a d'incroyable est qu'après une soirée au Beaujolais, je ne vais pisser qu'à minuit. Dans les carreaux des toilettes, j'ai vu mon ombre et me suis rappelé que j'avais perdu une vis de mes lunettes et que j'avais mis une trombone pour contourner momentanément l'incident. 

En fait j'ai perdu la vis ce matin et j'ai failli ne pas aller au boulot... Et j'ai eu l'idée d'agrafer la branche. L'agrafe a tenu 4 heures ce qui prouve la supériorité des trombones. 


19 novembre 2014

Facebook vs. Google+, des années après !

C'était la nouvelle de la journée : Facebook sort une application smartphone pour gérer les groupes. J'en ai fait un billet. Néanmoins, les discussions avec une charmante commentatrice m'amène à faire un rapprochement avec Google+.

Attention néanmoins ! Ce présent billet pourrait apparaître comme un réquisitoire contre Facebook. C'est normal ! Je fais un procès à charge. Il n'empêche que j'utilise tous les jours Facebook, que ce machin est un vrai succès. Google+ a su profiter des erreurs de Facebook et les utilisateurs n'ont pas refait les mêmes conneries. Les circonstances atténuantes sont accordées d'emblée.

Alors, je vais commencer par critiquer Google+. Ça leur apprendra. Et la critique est facile contrairement au lard. Qui vivra verrat. Google+ a complètement merdé au début avec cette histoire d'interdiction des pseudos et la confusion entre les pages et les profils. D'ailleurs à une époque, je publiais avec ma page "jegoun" et pas mon profil "Nicolas Jégou". Ils auraient du faire une distinction entre l'identité réelle et l'identité diffusée par un système d'alias. Les pages personnelles auraient pu être privées. La deuxième erreur est de ne pas avoir fait converger Google Groupes et les communautés Google+ alors que c’est la même chose. La troisième est d’avoir merdé l’intégration de Blogger. Je n’y reviendrais pas mais bon…

Comment a évolué Google+ ? On a vu se greffer les nombreuses options au fur et à mesure, les hangouts, les pages, les communautés,… On a moins vu ce qui disparaissait, comme les jeux. Vous aviez oublié ? Je l’avais découvert par hasard, un jour : les jeux avaient disparu du menu. C’était un radical tournant de Google+ qui se coupait d’une partie du public. Pourtant, si vous utilisez un peu Facebook, c’est visiblement un des trucs qui fonctionne le mieux : on reçoit un tas d’invitations qui polluent les notifications…

Par contre, récemment, Facebook a supprimé la fonction de gestion des mails. Google se retire des jeux. Facebook se retire de la messagerie « non instantanée ». Paf !

Revenons aux différences.

Le noyau

Google+ est au cœur de la galaxie d’applications Google, comme Google Mail, Youtube, Google Chat (remplacé par Hangouts),… Facebook est une application qui fait tout.

C’est évident, je sais. Mais c’est une grosse erreur.

Il n’empêche qu’il est rigolo de voir Facebook multiplier des applications pour smartphone, comme s’ils séparaient, à juste titre, des fonctionnalités différentes. Et s’ils avaient géré les mails @facebook.com comme des messageries normales, beaucoup de monde aurait une adresse @facebook.com comme adresse principale.

L’interface

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Néanmoins, avec un minimum d’objectivité, il faut bien reconnaitre que sur le web comme sur périphériques mobiles, Facebook est moche. Ce machin apparait complètement raté par rapport à son concurrent.

Mais, par-delà ces considérations, Google+ est largement plus simple à utiliser. Il y a, à droite, un menu avec les options. La base de l’informatique ou presque.

En installant l’application Facebook pour les groupes, j’ai découvert que je faisais partie de plein de groupes (j’en ai profité pour faire le ménage). Avec Google, je clique sur le menu puis sur « communautés » : hop ! J’ai la liste de mes communautés (l’équivalent des groupes).

Cela fait des années que Facebook est mauvais pour cela. Je me rappelle l’époque où je galérais pour les pages liées à mes blogs…

Groupes, communautés et pages

J’ai critiqué les machins Google+ en introduction. Il n’empêche que Facebook a complètement raté « la coexistence » des pages et des groupes (les raisons sont historiques, les pages sont venues bien après les groupes). Si vous regardez les groupes auxquels vous vous êtes abonnés, la plupart n’ont strictement aucun intérêt et les autres sont des machins de soutien qui devraient être des pages.

Par contre, l’application Facebook pour smartphone pour gérer les pages existe depuis des années. Réfléchissons bien : elle ne sert à rien ou presque. Pourquoi l’application pour les groupes ne sort-elle qu’aujourd’hui alors qu’elle est beaucoup plus utile en théorie ?

Et alors ?

Rien. Facebook est un succès, Google+ une anecdote…

Google a fait évoluer toutes ses applications pour ajouter un accès à Google+ dans la barre de menu commune.

Google ne l’a pas intégré à sa dernière application, Inbox.

Des conseils à Facebook ?

Le premier : refaites l’ergonomie, avec un menu clair, accessible par un bouton en haut à droite. Supprimez les cochonneries de la colonne de gauche.

Le deuxième : virez les notifications pour les jeux ou foutez les dans un machin à part.

Le troisième : refaites l’application pour Windows 8 (et pour iPad, d’ailleurs). C’est quand même un comble de disposer d’une application mais de préférer utiliser l’application web. Déjà les types qui ont conçu Windows 8 l’avaient probablement fait en état d’ébriété en laissant le bureau indispensable mais c’est un autre sujet.

Le quatrième : empêchez l’envoi de messages privés à des gens qui ne se connaissent pas réellement (j’en ai marre des putes, des vraies, de celles qui font du racolage, et je suis fatigué des gens qui veulent discuter avec moi comme s’ils en avaient besoin).


Au boulot !