31 octobre 2014

Les grandes entreprises et Twitter

Ce midi, j'ai reçu une invitation à un séminaire organisé par la direction Moyens de paiement d'une des plus grosses SSII française. J'ai vu qu'elle avait un compte Twitter. Que la boîte ait un compte, quoi de plus normal ? Mais une direction qui ne s'adresse pas au grand public... Trouvant ça bizarre, j'ai cliqué. 

Le nombre d'abonnés est très faible, de l'ordre de 70 (de mémoire). Essentiellement d'autres directions de l'entreprise, le patron de l'entité et 4 personnes avec qui j'ai des relations professionnelles. 

Le fait que plusieurs directions aient un compte semble montrer qu'il s'agit d'une stratégie de la boîte. Comme je le disais en introduction, cela n'a pas beaucoup de sens, elle ne travaille pas avec le grand public. 

Deux comptes des abonnés, dont le patron de la direction ont de l'activité depuis le 6 décembre. La similitude des dates laisse penser qu'il s'agit d'une stratégie, du genre le patron qui convoque ses troupes : bon, les gars, il faut des volontaires pour aller dans Twitter car on va être obligés de tenir un compte. On y va !

Le compte qui n'est pas du patron s'est arrêté à peu près au moment où le compte de la direction a ouvert. Les autres comptes sont actifs depuis juillet. Sauf un qui n'a aucune activité. Il n'a qu'un abonné que je ne connais pas. 

A peu près la moitié des tweets du patron sont consacrés à son activité associative, mais très prout prout. Comme s'il s'adressait à ses contacts pour leur montrer qu'il s'impliquait dans l'associatif. 

Les autres tweets de ce lascar et tous ceux de ses sous-fifres sont très institutionnels et concernent des trucs professionnels. Aucun n'a plus de 100 followers ou n'envoie plus de deux ou trois tweets par jour. Une grande partie consiste en RT de machins des directions de la boîte ou de collègues. 

Ces gens tweetent entre eux et par obligation. C'est grotesque. 

30 octobre 2014

65536


Si je peux vous donner un seul conseil pour ce jeu dont au sujet du quel je deviens Addict (en trois semaines j'ai réussi à avoir deux 1024 dans la même  grille mais pas à côté ce qui fait que je ne n'ai jamais réussi à faire 2048 amira que la dame qui mange à côté de moi au comptoir tous les jours prétend que son époux a réussi un 4096), entassez tout en bas à gauche ce qui, compte tenu des circonstances, ressemble bien à un pleonasme.  

Toujours est-il que je revendique le droit de parler de n'importe quoi dans ce blog ce qui n'est pas inutile pour son neuvième anniversaire. Plus un jour. Faudrait pas boire. 

Bon anniversaire à mon blog. Neuf ans, bordel. 

29 octobre 2014

Des défauts pour Inbox ?

Je donne l'impression d'être bêtement réjoui par cette nouvelle application ce qui est d'ailleurs le cas. Il n'empêche qu'on lit des critiques ou voit des bugs à droite et à gauche.

J'ai effectivement eu un gros bug ce matin. Dans le métro, donc off-line, j'ai rédigé deux mails (le contenu du précédent billet, pour être précis). En sortant du métro, je pensais qu'il allait envoyé automatiquement des deux trucs, comme me le faisait l'application de l'iPhone.

Ben non. Je ne sais pas si c'est un bug. Je vous raconte la suite. Pour la première fois depuis des années, je n'avais pas reçu de mail pendant mon trajet en métro. Je pensais l'application Inbox plantée à cause de mes deux messages. Je suis allé voir avec l'appli normale : rien non plus. Arrivé au bureau, sur mon PC, j'avais bien des mails : j'ai constaté alors que je ne recevais plus Internet. J'ai laissé tomber mais une heure après, cela ne fonctionnait toujours pas. J'ai redémarré l'iPhone, Internet est revu, Inbox a envoyé mes deux messages...

C'est alors que mes deux mails sont apparus dans ma boite de réception... en plus des nouveaux. Deuxième bug.

Mais, troisième bug, sur l'iPhone, j'ai reçu des mails que j'avais déjà traités le matin sur mon PC...

Des utilisateurs signalent sur le web des phénomènes identiques, des messages supprimés qui reviennent.

Par ailleurs :
  1. Gérer la modération des commentaires Blogger est chiant avec ce machin. Parfois, on n'arrive même pas à accéder au machin du mail où il faut cliquer pour publier.
  2. Les options de présentation des mails sont limitées (je m'en fous, j'ai vu ça dans les rézosocios et vérifié ensuite).
  3. Il n'est pas assez facile de supprimer les mails (Google aime bien qu'on archive sans supprimer...).
  4. Il est trop facile de marquer en "terminé" un groupe de conversations à la place d'une seule conversation voire d'un seul mail.

A quoi peut donc bien servir Inbox ?

Tant qu'on n'a pas l'occasion d'utiliser Inbox comme un gestionnaire de tâches, on a du mal à en saisir tout l'intérêt et les exemples fournis par la presse et les blogs ne sont pas convaincants… 

Figurez-vous qu'un pote un à moi à une carte bancaire qui ne permet pas de faire des achats par internet. Hier matin, il m'envoie un mail pour me demander de faire un achat sur Amazon pour lui. Ne pouvant accéder à des sites marchands du bureau, j'ai dit à Inbox : renvoie-moi le machin demain matin à sept heures. 

Et hop ! Ce matin j'avais le mail. Je l'ai traité. Au moment où je partais de chez moi, le pote m'envoyait un mail de remerciement et me demandait mon IBAN pour me faire un virement. Pas le temps de traiter. J'ai dit à Inbox : renvoie-moi çà dans une heure. Et hop.


Digressons !

Dans la presse et les blogs, ils sortent des exemples relativement nuls. Tu as rendez-vous chez le dentiste, le mail de rendez-vous revient automatiquement avec l’adresse, le numéro de téléphone sans même indiqué si la secrétaire a ses périodes. On s’en fout. Ce que je veux c’est être informé le matin que j’ai un rendez-vous chez le dentiste pour ne pas oublier. Comme personne ne prend rendez-vous par mail chez le dentiste, on ne pige toujours pas l’utilité… C’est du gadget.

Alors, on va le dire autrement : mon exemple montre que le gestionnaire de tâches et la messagerie, voire probablement l’agenda (je ne sais pas ce qu’à prévu Google) peuvent être fusionnés dans le même outil.

Par ailleurs, comme on est de plus en plus connectés et que nos honorables patrons nous offrent des smartphones pour continuer à suivre nos mails en permanence sans compter qu’on y est incité, paradoxalement, pour éviter le « burn out ». Qui n’a pas reçu 30 mails pendant une réunion de deux heures ne peut pas comprendre…

Ainsi, vous êtes en réunion (le raisonnement tient aussi avec « au bistro » mais soyons sérieux cinq minutes, bordel) et vous recevez un mail. Deux actions possibles :
-          Soit vous le traitez immédiatement (réponse ou transfert vers la bonne personne),
-          Soit vous dites à votre bazar : fais chier, je verrais ça après, ce n’est pas urgent.


C’est le bonheur.

Résumons !

Certains réduisent Inbox a une seule de ses fonctionnalités comme celle de classer les mails automatiquement, mais c'est bien à voir comme un tout, comme un nouveau moyen de communication.

J'ai parlé.

28 octobre 2014

Comment activer Inbox sans avoir reçu d'invitation

Imaginions que vous soyez à côté de moi au comptoir. Vous m'empruntez mon iPhone (une bière pour la location et une pour le service). Vous ajoutez votre messagerie à ma liste de messagerie dans les réglages de l'iPhone.

Vous allez dans mon Inbox. Vous ajoutez votre messagerie. La voila activée pour Inbox.

Vous téléchargez Inbox sur votre mobile. Vous ajoutez le compte.

Vous effacez le compte de mon Inbox puis de mon iPhone.

Puis vous me payez une troisième bière pour fêter ça.

Via :
 http://www.fredzone.org

27 octobre 2014

Que dire de plus au sujet d'Inbox ?

Hé ! T'as vu cette très jolie illustration. C'est le coin en haut à gauche de mon écran quand je suis dans Inbox de Google. Très peu de blogueurs diffusent le coin en haut à droite de l'écran mais je suis un blogueur d'exception.

Qu'y voit-on ? Une espèce de bulle pour créer un hangout (une conversation instantanée Google Talk). Rien d'exceptionnel, hein ! Il n'empêche que ce machin n'est pas présent dans les autres produits Google, notamment, le moteur de recherche, Gmail et Blogger où je suis présentement.

Surtout, que n'y voit-on pas ? Hein ? C'est une belle question, non ? Hé bien, figure-toi, patapouf, qu'il n'y a pas mon prénom souligné m'engageant à aller faire un tour dans Google+. Il n'y a pas le petit truc pour publier un machin dans Google (il a changé récemment, nous faisait remarquer récemment Tomate Joyeuse dans je ne sais plus quel réseau social). 

Voilà... Inbox s'éloigne un peu de Google+ ce qui est bien triste ma bonne dame.

Remarquons également qu'il n'y a pas, non plus, la fameuse roue crantée qui nous engage à aller modifier les paramètres. Les paramètres sont accessibles autrement, par le menu, et sont réduits au minimum, comme si Google changeait de stratégie auprès des geeks, leur criant à la face : "hého, ducon, tu n'es pas dans dans une messagerie pour modifier des paramètres mais pour gérer des messages, bordel."

Les paramètres sont réduits au minimum disais-je à l'instant sans craindre les répétitions. Les réglages de la messagerie sont accessibles par Gmail ce qui est le bonheur mais il n'y a quasiment aucun réglage pour Inbox alors que je voulais modifier l'affichage par défaut et surtout le fond d'écran parce que ce putain de bordel de machin bleu me sort par les trous de nez, ce qui est, à ce jour, le seul défaut d'Inbox.

C'est d'ailleurs rigolo, Google nous avait habitué à de la sobriété mais là, la barre d'outil est complètement différente des autres produits et disons, par euphémisme, qu'elle est bien visible.

Sinon, un lascar me demandait si on pouvait gérer des messageries pas Gmail avec ce truc. J'espère qu'une version pour Google Apps verra la jour prochainement voire avant avec effet rétroactif. Mais gérer une messagerie qui n'est pas de la maison Google avec ce truc n'a pas beaucoup de sens. Et, au fond, Google est bien là pour gagner des sous avec les produits pour entreprises pas pour rendre service à ses concurrents incapables de sortir un client qui tienne la route.

Tiens ! Ce matin, au bureau, j'ai eu un coup de déprime en lançant mon navigateur après deux jours uniquement avec Inbox. Lotus Notes est au fond du trou. Du coup, je suis allé voir d'autres clients dans des machins où j'ai des comptes, à savoir iCloud.com, portal.microsoft.com (pour le boulot quand je ne suis pas sous Notes), outlook.com, yahoomail.com et orange.fr.

He ben figurez-vous, ma bonne dame, que Google a une bonne longueur d'avance avec Inbox.

26 octobre 2014

Ces clients de messagerie qui vont poindre

Ce qu'on appel un client de messagerie est un logiciel ou une application qu'on a sur son ordinateur ou son smartphone pour gérer ses mails. Dans les entreprises, le plus courant est Microsoft Outlook. Lotus Notes est aussi beaucoup utilisé (surtout dans les boîtes où je bosse, malheureusement). Quand ils sont sur leurs PC, les particuliers utilisent généralement les services sur le web, tels que Gmail ou les machins mis à leur disposition par leurs fournisseurs d'accès à internet.

A part Gmail (et Outlook.com et le machin d'Apple, mais je les utilise très peu), j'ai toujours considéré ces machins comme de sombres merdes.

Récemment, j'ai découvert le nouveau bazar de Google, Inbox, sur le web et comme application iPhone. J'en ai déjà fait trois billets. Je suis séduit. En lisant des machins à son sujet sur le web, j'ai découvert Mailbox. Il est plus ancien mais presque aussi séduisant. Je m'étonne de le découvrir si tard.

Le principe d'Inbox comme de Mailbox est le même. Quand vous avez traité un message, vous le dites et le machin disparaît de votre boite de réception. Tous les autres systèmes de messagerie vous permettent de distinguer les messages non lus des messages lus (c'est heureux !, mais je m'adresse à tout le monde et il n'est pas inutile de rappeler des évidences...). Par contre, ils ne permettent pas de mettre facilement en avant les messages à traiter (il faut les marquer, archiver les anciens). Du coup, vous perdez du temps à gérer tout ça. J'ai fait plusieurs billets au sujet de "l'email burn out" (à ne pas confondre avec "couille sortie dans un message").

Avec Inbox et Mailbox, cette gestion devient instinctive. C'est le bonheur et ça devrait révolutionner les réseaux sociaux (combiné avec les groupes de discussion Google et les communautés Google+, vous retrouvez tous les intérêts des RS) en plus de l'usage de la messagerie. C'est l'avenir. C'est génial. Mais je ne vais pas en rajouter.

J'ai néanmoins des éléments de réflexion à ajouter rien que pour vous.

1. J'avais testé l'application Gmail de l'iPhone mais je n'avais pas été convaincu. J'étais donc resté avec l'application native de l'iPhone. J'ai du mal à comprendre que je puisse être passé à côté de Mailbox.

2. Ce matin, je voulais faire un billet pour voir comment les blogueurs geeks avaient traité la sortie d'Inbox. Je donne peut-être l'impression de me foutre de leur gueule (sauf de Thierry Roget que je considère comme un pote et qui est différent des autres) mais je suis abonné. Ils m'apportent donc de l'information. Ce sont des références. Toujours est-il que leurs billets datent du jour de la sortie du machin. Ils l'ont présenté comme si c'était une obligation de le faire mais sans "plus". Sans sortir un couplet sur le fait que le numéro un mondial de l'Internet avait sorti un truc qui allait révolutionner l'usage du mail. Sans recul. Genre : ah c'est bien on clique pour archiver. Voila le niveau d'information.

3. J'ai vu plusieurs billets ou articles qui disaient que c'était bien pour un usage personnel mais pas du tout pour le boulot. C'est exactement le contraire. Depuis quand un particulier a besoin d'avoir des mails "en cours de traitement" ? Avec les blogs et les RS, je considère que j'ai un usage presque professionnel de les messageries personnelles (notamment avec les notifications de commentaires dans les blogs). Ces machins (Inbox et Mailbox) répondent parfaitement à mon besoin pour gérer des dizaines de messages par jour !

25 octobre 2014

Google et la révolution Inbox

Moi, vous me connaissez ? Quand j'ai un sujet dans le crâne, je l'épuise jusqu'au bout. En plus, je ne suis pas difficile : je suis un fan de Google, Apple et Microsoft. Contrairement à beaucoup de lascars, je n'ai pas mon préféré. Tiens ! A l'instant, je papotais avec Tonnégrande. Il a un nouveau téléphone professionnel depuis un mois. C'est un truc sous Windows phone. Il en est tellement ravi qu'il n'utilise plus son Samsung. 

Voila les nouvelle technologies : les goûts et les goûts ne se discutent pas. Par exemple, en défendant la supériorité d'Android, les fans de google font une erreur. C'est un excellent OS, peut-être meilleur que les autres, mais la question n'est pas. La seule question est de savoir s'il plait à l'utilisateur et ce que chacun d'eux en retire. 

Mais revenons à notre sujet qui est très varié. Ce billet va être un vrai bordel. Tiens ! Je vais numéroter les points. 

Petit 1 : j'ai fait deux billets dans la semaine sur le blog politique à propos de la mort de Facebook et de Twitter. C'était un résumé. Ces machins ne vont pas mourrir. Ils sont là. Au centre de nos pratiques. Ce ne sont plus des nouveautés mais des machins qu'on utilise au quotidien. Exemple : on cherche des vidéos dans YouTube mais on les regarde dans Facebook. 

Petit 2 : j'ai fait deux billets ici sur le nouveau jouet de Google : Inbox. Je disais ce matin que c'était une révolution, non pas technologique, mais de nos pratiques. J'y reviendrai puisque c'est le sujet du billet. Toujours est-il que c'est nouveau système de gestion des mails qui permet de garder dans sa messagerie uniquement les mails à traiter et les conversations en cours. C'était déjà possible avant mais c'est devenu instinctif. Avant, il fallait archiver les trucs traités ou ils restaient dans votre boite de réception. Maintenant, vous cliquez et hop ! C'est automatique. 

Petit 3 : ma boite va enfin prendre des outils modernes dont un réseau social d'entreprise. Vous vous en foutez mais je vous rappelle que c'est un de mes centres d'intérêt. Toujours est-il qu'on a eu une vague présentation (ils ne savent pas que ces machins m'intéressent). Vu de l'utilisateur c'est génial. 

Petit 4 : Apple a sorti une nouvelle version de iOS. 8.1, il parait. Je ne sais pas ce qu'elle apporte. Parallèlement, la pomme a pondu une nouvelle version d'iTunes récemment. Mon PC me l'a dit ce matin. J'ai téléchargé et branché mon iPad et mon iPhone pour voir. Alleluia ! Ca truc est loin d'être parfait mais il est passé du stade de "grosse merde" à "utilisable". 

Petit 5 : je vais boire un autre Ricard mais je suis hors sujet. 

Dans mes billets sur Twitter et Facebook (t'as vu ? J'y reviens), je disais qu'on allait se lasser de parler avec des gugusses au hasard. Quand on lit la presse et les blogs, on croit voire que les gens cherchent une autre forme de partage. Plus anonyme ou que sais-je ? Rien. Je n'en sais rien. Je ne sais pas ce que cherchent les gens. Ils adoptent de nouvelles pratiques et l'intérêt des réseaux sociaux est qu'on en fait ce qu'on veut alors qu'avec les premières applications du genre, on faisait ce que les tauliers nous disaient de faire. 

A ce sujet, je dirais que les machins comme Instagram font une erreur. Ils nous disent de partager nos photos mais je fais ce que je veux bordel. Quand Twitter a été lancé, l'utilisateur devait répondre à une question : what are you doing ? Un truc génial et inutile. Twitter est devenu tout autre chose parce que les utilisateurs en ont fait autre chose.  

Avec Inbox, Google a franchi une étape. En révolutionnant les pratiques de la messagerie électronique, il a remise au coeur de nos activités, de nos partages, de nos pratiques. 

Or le mail est la base du partage par internet : on envoie un truc à un type ou un groupe de types. Twitter n'a rien inventé avec les dm. Comme on y envoie un tas de trucs, on se fout de savoir qui les lit. Avec la messagerie, c'est le contraire. 

Dans mes lectures à propos des réseaux sociaux, je voyais le texte d'un type qui expliquait que Google+ n'était pas mort car les communautés étaient très actives. Le système équivalent chez Facebook est venu trop tôt. Les groupes sont mal utilisés et les utilisateurs les voudraient plus ou moins universels (on est concernés par un sujet, on s'abonne). 

Je le vois avec le 1880. C'est le bistro que je fréquente quand je suis en Bretagne. J'y vais, outre le fait que j'aime bien le patron, le personnel,... et que mes copains y viennent (moins souvent que moi alors qu'ils habitent dans le coin), par habitude, depuis plus de trente ans. Le bar a changé. C'est devenu un bar de jeunes. La plupart des clients ont entre 17 et 20 ans. Il y a une page et un groupe Facebook et je n'arrivent pas à voir comment les gens les utilisent, ce qu'ils en pensent,... Pour ma part, j'y diffuse les vidéos et billets de blog quand je parle d'eux, mais uniquement par honnêteté : j'avise les gens quand je parle d'eux. Et j'y vais à la main, chercher des informations. Le bar sera-t-il ouvert lors de mon prochain voyage ? 

Toujours est-il que je n'arrive à suivre l'usage des machins de ce bistro dans Facebook par les clients. Eux non plus d'ailleurs, mais ils s'en foutent. Le blogueur geek, c'est moi. Le plus drôle est que je suis devenu copain de certains clients grâce à Facebook et aux RS, notamment Tanguy, Jo et Quentin. Avec les deux derniers, c'est sur Facebook qu'on s'est ligués pour passer une soirée ensemble un lendemain de Noël. 

L'usage des réseaux sociaux... 

Les communautés Google+ ont peut être réussi ce qu'a loupé Facebook. Avec les copains des leftblogs, on discute beaucoup au sein du Google Group mais tout se passe par mail. Je n'ai jamais compris pourquoi Google n'avait jamais fait les développements nécessaire pour transformer les groupes Google en communautés. 

Avec inbox, ils ont l'occasion de transformer l'essai. Parce qu'on en revient toujours au même : les réseaux sociaux ne tiennent qu'aux notifications (qu'on vous prévienne quand on parle de vous ou qu'on vous parle) et qu'aux informations ciblées qu'on lit si on a le temps mais qui sont bien diffusées à votre communauté. 

On verra la suite. 

Google Inbox : la révolution ?

Après avoir découvert Inbox sur iPhone, je teste cette nouvelle messagerie de Google sur le web, dans Chrome. L’interface est très plaisante mais peu importe (on aime ou on n’aime pas, de toute manière). Je ne vais pas vous forcer. Les conversations sont groupées par thème (l’équivalent des onglets de Gmail avec les libellés que vous avez choisi en plus).

L’essayer, c’est l’adopter !

Je vais tenter de vous expliquer. Tiens ! Tu permets qu’on se tutoie ?

Bon, tu as vu la copie d’écran, là ? C’est mon Inbox à moi après mes tests de ce matin. Il reste un message, classé dans les « réseaux sociaux ». Il est non lu.

Le principe est qu’après avoir lu un message, tu peux marquer l’élément comme « terminé ». Ca équivaut un peu à la fonction d’archivage : le message disparait de ta page d’accueil. Ceci fait que seuls restent les messages ou conversations qui ont un intérêt sur le moment.

Prenons un exemple au hasard : moi. C’est un gros exemple. Je reçois énormément de mails à cause des commentaires dans les blogs, des notifications des réseaux sociaux. Je ne peux pas tout traiter en temps réel. Si je reçois un commentaire sur le blog politique, par exemple, où la modération est activée, il me faut le diffuser rapidement pour permettre aux gens de discuter mais je dois repasser plus tard pour répondre. Souvent, j’oublie.

Imaginons qu’un soir au bistro, je reçoive un mail de ma mère. On papote beaucoup par mail. Certains messages sont plus importants que d’autres. Je me les fais suivre au bureau pour les relire le lendemain. Sinon, ils sont perdus dans la masse des messages que je reçois.

Avec Inbox, il ne me suffira de rien faire… Les messages resteront mis en avant, sachant que j’aurais marqué comme « terminées » les conversations sans importances. Je n’ai, dans ma messagerie principale, que des trucs à traiter.

On peut aussi « épingler » des messages pour être sûr de ne pas les « terminer » par erreur. On peut demander à la recevoir ultérieurement. Un exemple : si je reçois un mail d’une société qui veut me proposer de faire un billet dans mon blog pendant un de mes week-ends en Bretagne, je le mets en quarantaine jusqu’au lundi suivant.

Ainsi, vous avez trois types de messages ou de conversations : en cours, terminé ou en attente. Parmi les « en cours », vous avez les « épinglés » qui sont consultables séparément. Le but est d’arriver à une boite de réception vide, ou, du moins, avec uniquement des trucs à traiter.

Il y a un tas d’autres petites bricoles intéressantes comme une meilleure intégration avec les autres produits Google.

Ce n’est pas la révolution ! Tout était déjà possible auparavant mais cela devint très facile et instinctif… Surtout, l'application Gmail pour l'iPhone n'était pas pratique. J'étais donc resté avec l'application de messagerie de ce machin, rendant impossible un jonglage efficace avec les options de Gmail.


Ce sont donc mes pratiques qui vont être révolutionnées, je crois ! Je dis "je crois" parce que, souvent, on prend des résolutions quand on découvre de nouvelles fonctionnalités, quand on nous montre des trucs,... Puis on oublie. Avec Inbox, c'est tellement intuitif que cela semble adopté immédiatement ! Avec Gmail, on prenait des résolutions, comme archiver les messages, puis tout partait en couilles, on oubliait et on passait le point de non retour alors on laissait filer. Un peu comme au bureau... J'archive tout par bloc, une fois tous les deux mois, en gros : tous les messages qui en ont plus de trois : hop, dans les archives !

Dès que je trouve comment envoyer des invitations, j’en envoie !

Lors de la première utilisation, il convient de marquer comme "terminés" tous les messages de la dernière année (par groupe de 25), c'est un peu chiant, mais une fois que c'est fait. Ce qu'il y a de rigolo, c'est que ça archive tous vos messages. Votre boite de réception Gmail se trouve donc vide... Ca fait un choc. Comme si on avait bien tout gérer auparavant et archivé au fur et à mesure. Ce n'est pas une révolution des outils mais des pratiques.

24 octobre 2014

Inbox

Vous connaissez Inbox ? C'est la nouvelle message de Google. Je la teste depuis peu, ayant reçu une invitation de la part d'un sympathique blogueur bien prénommé. Alors que l'application Gmail pour iPhone m'emmerdait prodigieusement, l'application Inbox me semble géniale. 

(Notamment la relation avec l'explorateur internet qui facilite les réponses aux commentaires de blog. Un bonheur).